Le Delta Pyoka

Caractéristiques

  • Envergure : 60 cm
  • Surface : 12 dm²
  • Moteur Brushless 20 à 40 W
  • LiPo 2S 400 mAh
  • Pilotage en 3 voies (moteur + élevons)
  • Masse finale : 135 g

Notice de découpe et d'assemblage

Découpes

Débit de matière

Découpe CNC

Découpez la plaque en dépron de 3 mm avec le fichier « Delta - Depron 3mm.cnc »

Découpez la plaque en dépron de 6mm avec le fichier « Delta - Depron 6mm.cnc »

N’oubliez pas dans les réglages de découpe d’indiquer la valeur de la « cale Y0 » selon le principe de maintien vertical des plaques de dépron.

Le cockpit en styro est découpé en deux étapes : d’abord la vue de dessus, puis la vue de profil, avec respectivement les fichiers « Delta - Cockpit - 01 - Dessus.cnc » et « Delta - Cockpit - 02 - Profil.cnc ».

Découpes supplémentaires

Vous pouvez profiter de la CNC pour biseauter les élevons, en réalisant une guillotine d’angle 60° au bord d’attaque des élevons. Attention à bien réaliser un élevon droit et un élevon gauche…

Afin de donner un semblant de profil à l’aile, on va de la même manière profiler le bord de fuite des élevons et le bord d’attaque de l’aile.

Placez l’élevon sur la table, posé coté extrados, à 12,5 mm du fil. Réalisez alors une guillotine d’angle 80,9° sur une hauteur de 10 mm (attention au bon maintien en place de l’élevon). On obtient de meilleurs résultats en réalisant la découpe pendant l’armement de la guillotine…

Placez ensuite le bord d’attaque de l’aile à 15 mm du fil. . Réalisez alors une guillotine d’angle 78,7° sur une hauteur de 10 mm avec les mêmes précautions que précédemment.

Il ne reste plus qu’à arrondir le bord d’attaque et à poncer un peu l’extrados pour obtenir une aile avec un profil satisfaisant.

Décoration de l’aile

Cela peut vous paraître curieux, mais il est beaucoup plus facile de peindre l’aile maintenant plutôt que d’attendre la fin de l’assemblage.

Articulez les élevons avec une bande d’adhésif type « blenderm ».

Vous pouvez éventuellement renforcer le bord d’attaque par une bande de scotch toilé, ou intégrer un petit longeron par exemple en collant à l’intrados et à l’extrados une mèche de carbone imprégné d’époxy.

Assemblage du modèle

Tout le modèle sera assemblé à la colle cellulosique type « Uhu Twist’n Glue (avec solvant, bague noire) » ou à la cyanoacrylate spéciale dépron.

La réalisation de nombreuses encoches lors de la découpe va permettre un assemblage rapide du modèle.

Posez l’aile sur le dos. Mettez en place les flancs avant et arrière dans leurs encoches.

En partant de l’arrière de l’aile, le couple le plus large est à 60 mm et le plus étroit à 162 mm.

Aidez vous du fond avant du fuselage pour bien positionner les flancs et les couples, et collez les flancs avant, arrière et les deux couples positionnés.

Collez alors le fond arrière du fuselage pour donner de la rigidité à l’ensemble.

Une fois la colle sèche, assemblez l’avant du modèle. Le couple avant est à 270 mm de l’arrière de l’aile. Il est recommandé d’utiliser du scotch papier pour bien maintenir les pièces en place durant le séchage de la colle.

Réalisez la pointe avant en empilant 3 ou 4 épaisseurs de dépron 6 mm, ou en utilisant une chute de styro.

Terminez cette étape en retournant le modèle pour coller de dessus arrière. Renforcez cette zone avec 4 baguettes triangulaire de 30 mm de long et collez un couple pour fixer le moteur propulsif.

Vous pouvez profiler le cockpit, mais vous ne le collerez, ainsi que la dérive, que tout à la fin afin de permettre pour la suite des opérations de poser le modèle bien à plat sur le dos.

Le moteur

En fait, c’est le moteur qui a entraîné la création du modèle.

Il s’agit d’un moteur récupéré dans un lecteur de DVD-ROM, rebobiné en 12,5 tours de fil de diamètre 0,5 mm, et dont la couronne magnétique a été remplacée par 12 aimants néodyne 5x5x1 mm. L’axe est monté sur paliers en laiton faute de roulements à billes en stock.

Equipé de la plus petite hélice que je possède (GWS 5x3.5) et alimenté en LiPo 2S, le moteur consomme environ 5 A à fond au sol en poussant environ 180 g. On est donc dans les limites du pack utilisé (400 mAh 20C, soit 8 A maxi), mais la puissance maxi sera rarement appliquée (du moins par moi). Si c’était à refaire, j’essaierai sans doute un bobinage de 15 ou 16 tours en fil de 0,4 mm pour diminuer le kV et la consommation.

Installation radio

Pensez dès maintenant qu’il sera peut être délicat d’obtenir le bon centrage.

Fixez le moteur sur son couple et équipez le de son contrôleur, de l’hélice et de son adaptateur.

Collez les guignols à l’intrados des élevons.

J’ai obtenu le bon centrage en plaçant, depuis la pointe avant d’abord le récepteur (NPM 5), les deux servos (4,3 g bas de gamme qui ne valent pas grand-chose…), puis la batterie (LiPo 2S 400 mAh 20C).

J’ai dû réaliser deux trappes : une sur le dessus à l’avant pour entrer le récepteur et une sur le dessous à l’arrière pour accéder au contrôleur. J’ai aussi dû bricoler un petit bout de rallonge pour relier le contrôleur au récepteur.

Vous pouvez prévoir une petit ouie d’aération (réalisée avec une cuillère en plastique découpée) pour ventiler correctement la batterie, sans oublier de prévoir l’évacuation de l’air chaud à l’arrière…

Les tringleries sont réalisées en jonc carbone de 1,5 mm, guidé au niveau des « prises d’air » par un petit morceau de gaine de diamètre intérieur 2 mm collé sur le dépron et solidarisé par un petit cavalier découpé dans de la tôle fine.

Le modèle étant terminé, vous pouvez coller le cockpit et la dérive.

J’ai protégé le dessous du fuselage par une bande de scotch toilé.

Réglages

Le centre de gravité doit se situer à 132 mm en avant du segment arrière de l’aile (ou bien encore 117,5 mm de la partie droite à l’avant de l’aile).

Les élevons sont calés dans le prolongement du profil (extrados aligné).

Le débattement est d’environ +/- 10 mm pour chacune des commandes (ailerons et profondeur). Vous pouvez prévoir 40% d’exponentiel et des dual-rate à 50% pour le premier vol.

Le vol

Bon, c’est mon premier delta, mon premier modèle de 60 cm d’envergure, mon premier modèle de moins de 150 g, et le moteur installé « pousse » environ 180 g. Au moins une chose est sure : ça va monter !

Par sécurité, je choisis un terrain en herbe au cas où…

La charge alaire est très faible, le moteur pousse très fort, je choisis prudemment de lancer le modèle avec le moteur à mi-gaz (attention aux doigts !).

Le delta part bien droit et il lui faut une dizaine de mètres avant de prendre sa vitesse (toujours à mi-gaz) et d’entamer une montée assez franche. Un peu de trim piqueur corrigera cette tendance à cabrer. Ce type d’aile n’ayant pas un bon rendement à faible vitesse, il est très important de le laisser accélérer avant de cabrer.

Quelques circuits à mi-gaz permettent d’affiner les réglages, de régler les trims, de constater qu’il va falloir augmenter le débattement aux ailerons et ajouter de l’expo… On pose gentiment pour régler tout ça. Le modèle est très sain et se pose très lentement face au vent faible.

La programmation de la radio modifiée, on relance dans les mêmes conditions (mi-gaz) pour valider les réglages.

Une prise d’altitude et on pousse le manche à fond ! L’avion prend un coup de pied aux fesses et fait un bond en avant. Les commandes deviennent très vives et je regrette l’installation de servos bas de gamme à la précision très aléatoire… La vitesse parait élevée, mais c’est principalement lié aux faibles dimensions et au hurlement strident du moteur ! Mon aile sans longeron fléchit nettement en virage serré, mais tient le choc quand même. Il y a de temps en temps des réactions un peu bizarres, peut être liées à une dérive un peu petite et assez souple (j’ai agrandi la dérive sur le plan) ou au manque de précision des servos.

Finalement je repasse à mi-gaz, le modèle étant beaucoup plus confortable ainsi, et la consommation du moteur plus respectueuse de l’accu.

J’en profite pour faire des passages très lents et très cabrés, en gérant aux gaz le comportement du modèle, à la limite du décrochage.

Après 14 mn de ce vol (au chrono de la radio, couplé au manche des gaz), le contrôleur réduit automatiquement la puissance et même si le modèle vole encore bien ainsi, il est temps de poser… La consommation moyenne en vol est donc d’environ 1,5 A, ce qui est très respectueux de l’accu (4C) et évite l’échauffement de l’ensemble de la propulsion. D'autres vols ultérieurs, sans chercher à "explorer les basses vitesses", ont montré une autonomie pratique de 11 à 12 mn, souvent à la surprise des autres modélistes présents sur le terrain...

Au troisième vol, des parasites près du sol on entraîné un atterrissage involontaire (hum hum…), avec pour conséquence la casse de la dérive (vite la cyano !) et la rupture des dents des pignons d’un servo (saleté de servo !). Bref, si j’ai un seul conseil à vous donner, c’est de mettre des servos corrects sur ce modèle.

Bons vols à tous !

Téléchargement des fichiers :

Plan papier au format A1 pour découpe manuelle (format acrobat PDF)

   Delta Pyoka - Plan papier.pdf

Fichiers CNC (GMFC PE)

   Delta_Pyoka_GMFC.rar


[ Fermer la fenêtre ]

Retour à l'accueil
Dernière modification le